Prévenir la contamination croisée, c’est simplement facile !

Inspiré d’un article de Kathleen Misovic, rédactrice du Cleaning and Maintenance Magazine.

 

Votre concierge termine l’entretien de vos salles de bain et se dirige vers l’aire de restauration. Même s’il est plus simple de transporter le matériel utilisé dans la salle de bain vers la cuisine, prendre le temps de changer d’équipement est un incontournable si on veut limiter la contamination croisée.

La contamination croisée est le fait de transporter les germes et bactéries d’un endroit ou d’une surface à une autre et peut-être fait involontairement durant le nettoyage. Par exemple, utiliser la même lingette pour nettoyer une toilette contaminée par la gastro et le comptoir et le lavabo de la salle de bain va les contaminer également. Ou encore, essuyer un lavabo contaminé avec la salmonelle et utiliser la même lingette pour nettoyer le four à micro-ondes va aussi contaminer ce dernier.

Vous ne devriez jamais utiliser la même moppe ou la même lingette dans la toilette et dans la cuisine ou sur un objet différent autrement, vous allez favoriser la contamination croisée et contaminer les employés qui entreront en contact avec ces surfaces ou objets durant la journée.

Votre entreprise dépend des services d’entretien ménager pour maintenir un milieu propre et sain pour vos employés et visiteurs. En respectant les consignes suivantes, votre milieu de travail peut être à la fois propre et exempt de contaminants ou risques pour la santé.

 

1. Utiliser un code de couleurs et catégoriser les tâches

Il existe des systèmes facilitant le remplacement des lingettes ou outils de nettoyage lorsqu’une tâche est accomplie. L’utilisation de microfibres à code de couleurs dans différentes pièces ou pour différentes tâches en est un exemple. Quatre couleurs sont couramment utilisées avec les microfibres pour lingettes de nettoyage et têtes de moppe (vadrouille). Ces codes proviennent de l’Institut Britannique des Sciences du Nettoyage (BICS).

  • Rouge : unités sanitaires, planchers de salles de bain, toilettes et urinoirs
  • Jaune : surfaces dans les salles de bain, incluant les lavabos, les distributeurs à papier et savon, les séchoirs, les poubelles, les poignées, la chasse d’eau et les murs;
  • Vert : aires de restauration et de repas, préparation alimentaire et cuisines
  • Bleu : zones à faible risque de contamination comme les aires communes, les bureaux et les salles de classe.

Il est bon de rappeler que ces couleurs correspondent également à la distinction à faire entre nettoyer, assainir et désinfecter dans les milieux de travail. On nettoie dans les aires communes et les bureaux (BLEU), on assainit dans les cuisines et aires de restauration (VERT) et on désinfecte dans les salles de bain (ROUGE) et les surfaces fréquemment touchées.

Le rangement approprié s’impose avec ces différentes couleurs. En plus d’utiliser des têtes de vadrouilles différentes, il faut bien sûr les ranger pour qu’elles ne soient pas en contact, autrement, vive la contamination croisée!

 

2. Améliorer les outils

En plus d’être disponible en plusieurs couleurs, la microfibre comporte d’autres propriétés comme la charge positive, lui permettant d’attirer la poussière, qui elle, possède une charge négative. Du fait de sa composition, la microfibre retient plus facilement la poussière et autres déchets limitant leur dispersion sur les autres surfaces.

Une étude américaine (University of California, Davis Medical Center) a également permis de démontrer que la vadrouille en microfibre était plus efficace que les autres fibres. Une culture bactérienne effectuée après le lavage d’un plancher avec une vadrouille traditionnelle (coton) a révélé une diminution de 30% de la présence bactérienne, alors que la diminution était de 99% avec une vadrouille en microfibre.

Le recours au système de vadrouille à microfibre comporte d’autres avantages, dont celui d’utiliser une solution de nettoyage toujours propre. Avec le système traditionnel (sceau et vadrouille), dès que la vadrouille touche le sol, elle devient contaminée. Le fait de la plonger dans la solution de nettoyage la contamine à son tour. Le système à microfibre préconise l’utilisation d’un sceau à deux compartiments, un pour la solution de nettoyage et un pour récupérer les microfibres saturées. On remplace simplement la microfibre par une nouvelle que l’on trempe dans la solution de nettoyage propre avant de l’installer au bout de la vadrouille.

De nouveaux systèmes offrent d’autres alternatives comme le Spray and Vac, qui épand une solution de nettoyage au sol et la récupère avec ses souillures à l’aide d’un aspirateur muni d’une brosse à son embout.

 

3. Nettoyer de haut en bas

La contamination croisée commence généralement sur les surfaces fréquemment touchées telles les poignées, interrupteurs et autres boutons. Les planchers sont aussi une source de bactéries puisque la gravité attire les souillures vers le sol.

Le nettoyage professionnel privilégie l’époussetage de haut en bas. La poussière non captée tombera au sol et sera récupérée à l’étape finale du processus :

Nettoyer les surfaces: Le CDC américain précise que pour être efficace, il faut nettoyer les surfaces (retirer les saletés) et autres objets avec une solution de nettoyage.

Désinfecter: vaporiser ou étendre une solution désinfectante et laisser reposer pendant 5 à 10 minutes, dans le but de détruire les organismes dommageables pour la santé, puis essuyer.

Laver le plancher: vadrouiller, passer l’aspirateur puis laver le plancher, en débutant par l’endroit le plus éloigné de la porte.

 

Un dernier conseil

Dans un monde idéal, on confie à une seule personne le soin de nettoyer les toilettes. De cette façon, on limite davantage la contamination qui peut aussi être transportée par les vêtements ou les mains.



  • Partagez cette nouvelle