Nettoyer pour limiter la contamination

Dans nos environnements de travail et milieux de vie, on ne réalise pas toujours que nous pouvons servir de vecteurs de transmission de germes à nos collègues de travail et même aux visiteurs. Voici donc quelques trucs pour limiter la contamination et la propagation des germes.

 

  1. Limiter la contamination croisée

La contamination croisée est le processus par lequel les microorganismes se transfèrent involontairement d’une surface ou d’un objet à un autre, avec des effets nuisibles. Malheureusement, la contamination croisée peut se produire même avec les procédures de nettoyage les plus communes.

Cela peut se produire en utilisant un chiffon de coton. Le chiffon de coton est efficace pour enlever la poussière et les particules contenant des bactéries mais inefficace pour les retenir. Certaines bactéries vont être libérées dans l’air ambiant alors que d’autres seront déposées sur d’autres surfaces où le chiffon sera utilisé. La contamination se produit également lorsqu’on manipule les chiffons et les vadrouilles souillées à mains nues. Les germes sont alors transmis aux mains qui les transmettent aux objets et surfaces avec lesquelles elles entrent en contact.

La contamination croisée est particulièrement nocives dans les milieux tels les restaurants, le domaine de la santé et les écoles. Les personnes affectées à la préparation la nourriture peuvent être infectées par des germes qu’elles vont ensuite transmettre aux aliments et déclencher des empoisonnements ou des intoxications alimentaires.

Heureusement, il existe des alternatives aux chiffons et aux vadrouilles traditionnelles. La microfibre constitue un excellent choix pour retirer la poussière des surfaces. Elle est composée de fibres d’une dimension d’un seizième de la grosseur d’un cheveu, lui permettant d’entrer dans les petites fissures qui n’auraient pu être nettoyées par les fibres conventionnelles. De plus, étant chargées positivement, elles attirent naturellement la poussière (chargée négativement) ce qui lui permet de la retenir. La microfibre est efficace à 99% pour retirer et retenir les bactéries en comparaison avec 30% pour les chiffons traditionnels en coton.

 

Un système prêt à l’emploi est un autre exemple d’outil efficace pour limiter la contamination croisée. Ce système permet de préparer des lingettes et des têtes de vadrouilles en microfibres en les faisant tremper dans une solution nettoyante ou désinfectante et ainsi, éviter de les manipuler avec les mains (souillées) pendant leur utilisation.

Une autre option est par l’utilisation d’un seau double, permettant que les têtes de vadrouilles n’entrent jamais en contact avec la solution de nettoyage contenue dans le seau et soient remplacées par des têtes propres qui elles sont trempées dans le mélange avant leur utilisation.

  1. Attention aux surfaces fréquemment touchées

Il est difficile de nettoyer des surfaces fréquemment touchées comme les interrupteurs, les poignées de porte, les robinets et les claviers qui entrent en contact avec les germes et les objets souillés transportés par les mains des personnes qui circulent dans les différents environnements. Le virus de la grippe peut par exemple survivre plus de 2 heures sur une surface et se multiplier jusqu’à 6 000 fois si la surface n’est pas décontaminée.

 

Il est important de rappeler aux gens qui travaillent dans un même endroit des consignes de base quant au lavage des mains et aux éternuements. Il vaut mieux utiliser le creux de son coude que d’éternuer dans ses mains. Et si par mégarde on se salit les mains, il faut rapidement aller les laver avec du savon et les assécher par la suite. De même, la présence et la disponibilité de papier mouchoir et d’assainisseur à mains permettra une lutte efficace à la contamination.

De nouvelles techniques font graduellement leur apparition et contribue à désinfecter les surfaces fréquemment touchées et autres objets. Des vaporisateurs électrostatiques remplis de solution désinfectante permettent de couvrir 100% des surfaces souillées, tout en atteignant des surfaces en hauteur ou difficiles à désinfecter.

  1. Réduire l’utilisation de produits de nettoyage

Comme on dit, trop c’est comme pas assez. Trop de produits peuvent être inhalés, entrer en contact avec la peau, les yeux et causer des problèmes de santé. Qu’on pense aux réactions allergènes, aux éruptions cutanés, aux problèmes respiratoires et oculaires, on a avantage à limiter le recours à des solutions toxiques, corrosives et non respectueuses de l’environnement. De plus en plus l’industrie propose des solutions de nettoyage qui sont écoresponsables et qui agissent avec autant d’efficacité que la chimie traditionnelle.

Lorsqu’on parle de lutter contre la contamination, on parle aussi de désinfection. Or, certaines bactéries réagissent à ces produits en développant une résistance qui est transmise aux nouvelles générations de germe, ce qui crée un cercle vicieux : plus de germes = plus de produits, plus de produits = plus de résistance. On a tous avantage à limiter le recours à la désinfection aux seuls endroits le nécessitant. En combinant des solutions écoresponsables avec des chiffons en microfibres, on parvient à diminuer jusqu’à 95% l’utilisation de produits de nettoyage.

On peut aussi privilégier l’utilisation de produits concentrés, qui ont un impact sur les besoins et les frais de transport et par conséquence sur l’environnement. Ces solutions, lorsque mélangées en respectant les consignes des manufacturiers, ont démontrées non seulement leur efficacité, mais permettent une diminution très appréciable des coûts d’utilisation. Une mauvaise habitude persiste cependant chez certains utilisateurs qui mélangent les produits sans doser la mesure. Il s’en produit des problèmes de performance qui sont trop souvent traités par d’autres techniques qui prévoient l’utilisation de produits encore plus nocifs qui se retrouvent inévitablement dans l’environnement.

  1. Nettoyer toutes les surfaces

Il est facile de négliger certaines surfaces difficiles à atteindre comme le dessus des classeurs et des bureaux, les pales des ventilateurs ou les coins de plafond. Certains appareils comme les aspirateurs à filtre HEPA munis de rallonge permettant d’atteindre plus facilement le dessus des meubles et autres surfaces en hauteur. Des embouts recourbés permettent d’épouser plus facilement certaines formes comme les conduites de ventilation ou la tuyauterie. Par ailleurs, ces aspirateurs sont encore plus efficaces pour retirer poussière et autres débris sur les surfaces dures et les planchers comparées aux vadrouilles sèches qui elles, déplacent et envoient la poussière dans les airs pour se redéposer quelques heures plus tard.

Pour les surfaces vitrées, des rallongent munies d’embouts applicateurs facilitent l’atteinte de ces surfaces que l’on retrouve de plus en plus dans les espaces commerciaux et commerces de détail. En plus de débarrasser les vitres et leurs contours de la poussière et des souillures, l’applicateur permet d’enduire les surfaces pour empêcher la poussière d’y adhérer. Non seulement les surfaces seront plus belles mais en plus, cette méthode retardera le prochain nettoyage.

 

À l’extérieur, les surfaces vitrées pourront être lavées avec des systèmes alimentés par de l’eau courante, qui sera purifiée par des sacs de résine qui retiennent les contaminants et autres débris transportés par l’eau, laissant ces surfaces propres, tout en permettant un nettoyage ne nécessitant aucun de produits de nettoyage. Cette technique permet non seulement de limiter l’impact sur l’environnement mais en plus, facilite le travail des opérateurs qui peuvent demeurer au sol grâce aux rallonges de carbone qui peuvent atteindre jusqu’à 5 étages.

5. Éliminer les particules aériennes

Le nettoyage et la désinfection des surfaces permettent de limiter les risques de contamination. Le recours aux aspirateurs munis de système de filtration HEPA (High Efficacy Particule Air) rendra la circulation des particules aériennes plus difficiles puisque ce système les emprisonne plus efficacement. En effet, les normes associées à cette certification prévoient que les aspirateurs à filtre HEPA doivent retenir 99,97% des particules de ,3 microns et plus.

Comme mentionné précédemment, l’utilisation de chiffons en microfibre limitera également la présence de particules aériennes contenant des germes en raison de leur capacité d’absorption supérieure. En tenant compte de ces 5 recommandations, vous pourrez plus facilement contribuer à limiter les risques de contamination et améliorer le résultat de vos techniques de nettoyage.



  • Partagez cette nouvelle