BRISER LA CHAINE D’INFECTION – Partie 1 de 2

Une chose est sûre, la pandémie nous a tous éveillés à la transmission des virus et en particulier à celle de la COVID-19. Pour éviter de l’attraper, nous avons adopté collectivement différents moyens souvent simples pouvant freiner la propagation des virus. Citons la distanciation sociale, le port du masque, le lavage des mains et l’isolement des personnes infectées pour n’en nommer que quelques-uns.

Pour exprimer et mieux comprendre les différents éléments composant la transmission des virus, les autorités sanitaires ont produit la chaine d’infection.

Voici une représentation :

Les éléments qui composent cette chaine sont :

  1. L’agent infectieux: le microorganisme nocif (bactérie, virus, champignon, parasite) pouvant être transmis;
  2. Le réservoir: l’endroit où se retrouvent les germes (microorganismes nocifs);
  3. Les voies de sortie: par où les germes sortent;
  4. Les modes de transmission: comment les germes atteignent la prochaine personne malade (hôte);
  5. Les voies d’entrée: par où les germes pénètrent et infectent leurs hôtes;
  6. L’hôte: la personne dont les récepteurs cellulaires seront infectés.

La transmission se produit lorsque chacun de ces éléments fonctionne en complémentarité avec les autres. Pour briser la chaine, il suffit simplement de briser n’importe lequel de ces maillons, de le rendre inopérant.

 

COMMENT FAIRE POUR BRISER CES MAILLONS AU JUSTE ?

Pour y répondre, regardons cet aspect d’un point de vue « humain », comment briser la chaine pour protéger les personnes. Pour l’agent infectieux, les microorganismes nocifs, plus on en sait à leur sujet, plus on est en mesure de se défendre. C’est un aspect plus technique pour lequel nous laissons les spécialistes (santé publique, médecin, organisation spécialisée, etc.) nous informer à leurs sujets et mieux nous protéger.

Pour les réservoirs, il faut être conscient que ce qui nous entoure, les surfaces, l’eau stagnante, les insectes, l’équipement, les animaux et les autres personnes sont tous susceptibles d’être porteurs. Pour briser ce maillon, un programme professionnel d’entretien ménager et de désinfection (maison, travail, lieux publics), combinés à une politique de prévention et un contrôle parasitaire suffiront pour le casser.

Pour les voies de sortie, pensons aux plaies ouvertes, aux gouttelettes aéroportées et aux liquides corporels (toux, salive, urine), et que le fait de tousser dans son coude, l’hygiène des mains, le port d’un masque, les interventions suites à un déversement de liquides corporels et la gestion des déchets suffisent à briser ce maillon.

Pour les modes de transmission, pensons que la propagation des maladies se fait par contact direct ou indirect, par ingestion et inhalation. Encore ici, un programme professionnel de nettoyage et de désinfection, l’hygiène des mains et la sécurité alimentaire suffiront à casser ce maillon.

Pour les voies d’entrée, pensons aux plaies ouvertes, aux muqueuses, aux voies respiratoires et aux tubes invasifs (respirateur); on peut donc briser ce maillon par l’hygiène des mains et l’hygiène personnelle, les premiers soins et le retrait sécurisé des cathéters et des tubes respiratoires.

Finalement pour les hôtes, les personnes immunosupprimées, les personnes avec des conditions médicales connues et celles avec du matériel médical invasif seront plus facilement infectées. On brise la chaine avec l’éducation populaire, les traitements médicaux et les campagnes d’immunisation comme la vaccination.

Cliquez ici pour consulter l’article BRISER LA CHAINE D’INFECTION – Partie 2



  • Partagez cette nouvelle